• ven. Mar 1st, 2024

Vers le retrait des policiers affectés à la protection de certaines personnalités

ByAdministrateur

Avr 29, 2022

BUJUMBURA, 28 avr (ABP) – Le ministre de l’Intérieur, du développement communautaire et de la Sécurité publique, M. Gervais Ndirakobuca a tenu, le mercredi 27 avril, une réunion à l’intention des nouveaux cadres de la police nationale nommés par décrets, pour prendre ensemble des stratégies visant à améliorer la sécurité.

Pour le meilleur encadrement des policiers, le ministre Ndirakobuca a déclaré que d’ici la fin de l’année, il sera procédé au retrait de tous les policiers affectés à la protection de certaines personnalités, sauf pour ceux qui pourront prouver qu’ils sont réellement en insécurité. En plus de l’encadrement des policiers, cette mesure vise le contrôle d’utilisation des armes mises à la disposition de ces hommes en uniformes.

Le ministre Ndirakobuca a profité de cette occasion pour féliciter les nouveaux cadres nommés par décret tout en leur demandant de travailler sans reproche et dans la transparence afin de ne pas trahir le chef de l’Etat qui a mis confiance en eux.

S’adressant à la police nationale en général, il a invité ce corps, à changer de comportement en luttant contre la corruption et toute autre attitude qui peut salir la profession. Pour les officiers, il les a invités à mettre de l’ordre dans tout le secteur. Il a, en effet demandé à l’inspection générale de la police de sensibiliser les officiers de la police judicaire à ne plus classer sans suite les dossiers d’infraction.

Au niveau de la logistique, le ministre a appelé les concernés à bien gérer comme il faut, le carburant et autres.

Pour sa part, l’inspecteur général de la PNB, M. Fréderic Budomo, se basant sur les rapports   de renseignements de tout le pays, a fait savoir que la sécurité est bonne sur tout le territoire du Burundi. Cependant, il n’a pas manqué de préciser qu’il s’observe des malfaiteurs qui commettent des actes ignobles comme le vol à mains armées. Il a aussi signalé la corruption faite au niveau des frontières du pays, la consommation des drogues, le vol sur pied des récoltes, et l’escroquerie sous toutes ses formes. Certains policiers s’impliquent dans de tels actes, a-t-il souligné en indiquant que huit policiers ont été appréhendés au moment où quelques autres policiers continuent de demander des pots de vin aux passagers, et aux chauffeurs des véhicules de transports.

S’agissant des défis, il a noté le manque d’infrastructures comme des bureaux des commissariats provinciaux, l’insuffisance des habits, des médicaments et les moyens de déplacement.