• dim. Juil 21st, 2024

La sécurité est généralement bonne malgré la recrudescence des cas de suicides

ByAdministrateur

Mai 23, 2022

KAYANZA, 20 mai (ABP) – Le gouverneur de la province Kayanza (nord du Burundi), M. Rémy Cishahayo, en compagnie de son chef de cabinet et de ses conseillers, a réuni jeudi, en commune Kayanza, les chefs de services tant communaux que provinciaux ainsi que des administrateurs pour échanger sur la situation   globale de la province, a-t-on appris sur place.

Au cours de cette réunion, le gouverneur de Kayanza s’est réjoui que la sécurité soit généralement bonne sur tout le périmètre de la province, malgré la recrudescence des cas de suicides. Il a dit ne pas comprendre comment deux personnes de la commune Kayanza se sont suicidées le même jour. Il a exhorté les administratifs, les OPJ et tout autre partenaire intervenant en la matière, de réfléchir sur cette situation afin d’identifier les mobiles de ces cas de suicides.

En vue d’asseoir la sécurité au centre urbain de Kayanza, la même autorité a indiqué qu’il s’avère nécessaire que les responsables administratifs en collaboration avec les forces de l’ordre veillent sur les mouvements de va-et-vient, afin de se rassurer si réellement ceux qui passent la nuit en ville y résident. Pour lui, cela permettra de barrer la route à tout élément susceptible de perturber la sécurité.  Le gouverneur Cishahayo en a profité pour demander que les comités mixtes de sécurité soient renforcés et que ses membres fournissent des informations en temps réel.

Par la même occasion, il a prodigué beaucoup de conseils aux participants à la rencontre où il les a invités à être de bons serviteurs de la population qui militent pour la lutte contre la fraude et la corruption.

Lors des échanges, les participants sont revenus sur la flambée des prix des denrées alimentaires et la spéculation sur les prix du ciment produit par l’entreprise BUCECO par certains commerçants. Comme solution, le gouverneur Cishahayo a proposé que l’administration travaille conjointement avec le chef d’antenne provincial au sein du ministère ayant le commerce dans ses attributions afin d’éradiquer ce phénomène.