• ven. Mar 1st, 2024

Le Burundi abrite un séminaire « Youth for Peace » à l’intention des jeunes leaders issus des Etats membres de l’EASF

ByAdministrateur

Mai 25, 2022

BUJUMBURA, 24 mai (ABP) – Le Burundi abrite du 24 au 25 mai 2022, à Bujumbura, un séminaire « Youth for Peace » (Jeunesse pour la paix) organisé par l’EASF (East Africa Standby Force) en collaboration avec l’Union africaine (UA), sous le thème « Youth Shaping Peace and Protecting Environment » (La jeunesse s’engageant à la paix et à la protection de l’environnement) à l’intention des jeunes leaders en provenance des Etats membres de l’EASF, a constaté l’ABP sur place.

Dans son discours d’ouverture, l’assistant du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération au développement, M. Syldie Manirerekana, a fait remarquer aux jeunes leaders représentant les Etats membres de l’EASF que le gouvernement du Burundi reconnaît le rôle prépondérant joué par les jeunes dans le maintien de la paix et de la sécurité, socle du développement du continent africain en général et de leurs pays respectifs en particulier.

Selon M. Manirerekana, la reconnaissance du rôle des jeunes se remarque à travers les efforts consentis par le gouvernement du Burundi dans le souci de donner la priorité à l’inclusion des jeunes dans la promotion de la paix et de la sécurité ainsi que le renforcement des capacités des jeunes grâce à diverses initiatives. Il s’agit notamment de la création d’une banque pour les jeunes et la formation des jeunes en entrepreneuriat, afin de leur permettre de jouer pleinement leur rôle dans le développement du pays, a-t-il souligné.

Dans le souci de faire bénéficier aux jeunes des dividendes de ces initiatives, l’assistant du ministre en charge des Affaires étrangères a signalé qu’il est impérieux d’impliquer les jeunes dans la promotion de la paix et de la sécurité pour une croissance accrue de notre région et par conséquent de notre continent. « Cette occasion offre au Burundi l’opportunité de mesurer l’importance de son rôle devant cette jeunesse africaine qui observe et espère trouver auprès de l’Afrique le chemin qui puisse la conduire vers un lendemain meilleur sans toutefois toujours compter sur l’extérieur du continent », a ajouté M. Manirerekana.

Certes, cette jeunesse, agent de la paix et acteur du développement, doit être sérieusement préparée pour être à niveau de jouer la relève dans la gestion responsable de la gouvernance nationale, régionale, continentale et globale, et faire mieux là où leurs aînés auraient failli, a poursuivi M. Manirerekana, soulignant par ailleurs que la formation dont les jeunes vont bénéficier sera une occasion propice pour mieux saisir les défis qui hantent leur avenir et acquérir le nécessaire pour élaborer des plans d’actions nationaux sur les questions de jeunesse, de paix et de sécurité.

« Les Etats membres de l’EASF ont une obligation de créer un climat sain, permettant de répondre aux besoins des jeunes, d’encourager leur participation, d’amplifier leur voie et de soutenir leurs actions afin qu’ils contribuent activement à la consolidation de la paix dans la région et dans le monde », a fait remarquer l’assistant du ministre en charge de la Coopération au développement tout en estimant que pendant ces deux jours, les jeunes de l’Afrique de l’Est vont apprendre pas mal de choses et surtout la façon de faire face aux défis émergents, en tant que responsables actuels et futurs du continent.

M. Manirerekana a terminé son propos en remerciant le secrétariat de l’EASF pour avoir choisi le Burundi pour abriter ces assises. Il a profité de cette occasion pour réaffirmer que le Burundi ne ménagera aucun effort pour promouvoir l’inclusion des jeunes dans toutes les dimensions socio-économiques.

Prenant la parole au nom de tous les jeunes leaders des Etats membres de l’EASF présents dans ces assises, M. Alain Ruto de la République du Kenya a souligné que la paix ne signifie pas tout simplement l’absence de la guerre, mais elle signifie également la présence de la justice où les gens vivent pacifiquement dans une société juste et humaine.

Le représentant des jeunes leaders burundais et président du conseil national de la jeunesse (CNJ), Dr Thierry Ingabire, a fait savoir aux participants que la jeunesse burundaise apprécie le gouvernement du Burundi qui a donné une place de choix à la jeunesse dans tous ses programmes. « Malgré les conflits que nous avons vécus dans le passé et les différentes pratiques politiques, la jeunesse burundaise a décidé de travailler comme des frères et sœurs en coopératives tout en partageant les bienfaits de la paix et de la sécurité », a-t-il souligné. Signalons que les Etats membres actifs de l’EASF sont le Burundi, les Comores, le Djibouti, l’Ethiopie, le Kenya, le Rwanda, les Seychelles, la Somalie, le Soudan et l’Ouganda.