• mer. Juil 17th, 2024

La fraude du haricot vers les pays frontaliers avec la province Muyinga défraie la chronique

ByAdministrateur

Nov 2, 2022

Muyinga, 2 nov (ABP) – Des administratifs des communes Muyinga, Butihinda, Giteranyi et Buhinyuza, province Muyinga (nord- est du Burundi), frontalières avec la Tanzanie sont depuis le mois de juillet dernier à couteau tiré avec les commerçants qui acheminent du haricot  en Tanzanie, apprend- on de source administrative locale.

Plus de 17 tonnes ont été déjà interceptées dans ces communes, indiquent les mêmes sources. Les appels à la cessation de ce trafic lancés par l’administration aux commerçants et à la population en générale n’ont pas  produit d’effets escomptés, regrettent les mêmes sources. Ce commerce est devenu alléchant pour ces trafiquants de façon que même les gens de la province Ngozi  soient entrés dans le réseau.

Selon des sources, ceux qui acheminent le haricot en Tanzanie sont attirés par le meilleur prix au kilogramme offert par les Tanzaniens. Le coût d’un kilogramme s’élève à 170 shillings tanzanien soit plus de 2380F burundais, un prix variable suivant le taux de change du jour.

Dans une réunion  regroupant les administrateurs des communes Butihinda, Giteranyi, Buhinyuza et Muyinga, les chefs de zone, les chefs de colline, les responsables des corps de défenses  et de sécurité, ceux des forces de l’ordre et de tous les représentants du parti au pouvoir exerçant dans des entités frontalières avec le Rwanda et la Tanzanie, animée lundi par le gouverneur de province, la fraude du haricot a occupé la place de choix.

Tous ont été interpellé à mettre des bouchons doubles pour combattre cette saignée de la production du haricot vers la Tanzanie. Le gouverneur Jean Claude Barutwanayo a regretté la complicité de certains administratifs, policiers et militaires affectés dans des localités où passent cette fraude. Des jeunes imbonerakure ont été également cités.

Au cours des échanges, la préoccupation du gouverneur a été appuyé par plusieurs intervenants qui ont indexé certains administratifs, des éléments de la police, des militaires et des jeunes imbonerakure qui se font graisser la patte et laissent passer le haricot. Le gouverneur Barutwanayo, a invité le parquet a déféré devant la justice les fraudeurs déjà appréhendés pour décourager ce trafic.

Le procureur de la République à Muyinga, M. Gérard Niyokindi a répondu que la machine de la répression est déjà en marche. Sans pour autant donner l’effectif des fraudeurs déjà appréhendés, il a indiqué qu’une amende  de plus de 7 millions de francs a été transigée après  que certaines gens interpellées aient passé quelques semaines au cachot, pour d’autres leurs dossiers sont fixés au tribunal de grande instance.