• jeu. Juil 18th, 2024

Les projets du gouvernement financés par les partenaires au développement, en cours, accusent pour la plupart, un faible taux de décaissement

ByAdministrateur

Déc 19, 2022

BUJUMBURA, 14 déc (ABP) – Le chef du gouvernement, M. Gervais Ndirakobuca a réuni, le mardi 13 décembre 2022, les coordonnateurs des projets du gouvernement qui sont financés par les partenaires au développement, afin d’évaluer la façon dont le portefeuille allouée à ces projets est en train d’être utilisée.

Pour le Secrétaire permanent au ministère en charge des finances, Mme Inarukundo, cette évaluation est faite suite aux manquements observés dans la gestion des projets du gouvernement financés par les partenaires au développement. Elle a mentionné entre autres, des projets clôturés qui n’ont pas transmis des rapports d’audit, des projets clôturés qui n’ont pas remboursé le solde non décaissé ou qui n’ont pas transmis des pièces justificatives, le faible taux de décaissement, ainsi que les dépenses inéligibles que le gouvernement est obligé de rembourser.

                                                                                                   vue de profil des participants

Le 1er Ministre lui, a insisté sur le faible taux de décaissement accusé par la plupart de ces projets, en se basant sur une évaluation du bureau du 1er Ministre. Ainsi, il a expliqué que pour l’exercice budgétaire 2022-2023, le portefeuille prévu pour exécuter les activités de ces projets est estimé à 200 millions de dollars américains. Il était prévu que pour le 1er semestre 2022-2023 (Juin-Décembre 2022), 100 millions soit 50% soit décaissé.

Pourtant, les données recueillies jusqu’à fin octobre démontrent que seulement 30% de ce montant avait été décaissé soit environ 30%. Des disparités se remarquent, où certains des projets qui devaient avoir décaissé environ 33% ne sont qu’à 8%. Des impacts se remarquent aussi suite à ce faible décaissement. La lenteur dans l’exécution des projets et la possibilité pour les portefeuilles des projets de tomber en annulation, a-t-il précisé.

Pour M. Ndirakobuca, le gouvernement du Burundi ne peut pas accepter que cela se produise. Il a  recommandé les coordonnateurs de ces projets à retrousser leur manche, pour relever ce faible taux. Selon lui, le gouvernement leur a accordé sa confiance pour le représenter et développer le pays, insistant sur le fait que ces coordonnateurs doivent mériter cette confiance. Il les a interpellé à garder à l’esprit qu’ils sont là pour travailler pour l’intérêt général de la nation et de la population burundaise.

Les coordonnateurs ont demandé au 1er Ministre d’organiser pareille réunion auprès des partenaires au développement, du moment que la responsabilité est partagée en ce qui concerne le faible taux de décaissement, suite à la lourdeur des procédures du côté des partenaires et par voie de conséquence, le retard dans l’exécution des projets.

Le 1er Ministre a informé, qu’à ce propos, il va s’entretenir avec les partenaires au développement début Janvier 2023, pour une solution adéquate en synergie. Il a recommandé que tous les décaissements soient effectués dans les six mois à venir, à la fin de l’exercice budgétaire 2022-2023. Une réunion d’évaluation à mi-parcours entre le 1er Ministre et les coordonnateurs de ces projets est prévue au mois de Mars 2023.