• mer. Mai 22nd, 2024

Mise en place des comités de communication pour le développement

ByAdministrateur

Juil 2, 2023

BUJUMBURA, 28 juin (ABP) – Le ministère de la communication, des technologies de l’information et des médias poursuit sa campagne de mise en place des comités de communication pour  le développement, en province Bujumbura (ouest du Burundi), en communes Isare, Kabezi, Mutimbuzi et Nyabiraba, a constaté l’ABP sur place.

Les personnes cibles sont les représentants des partis politiques (celui du parti au pouvoir et celui de l’opposition), le conseiller technique chargé du développement dans la commune, les représentants des confessions religieuses, un représentant des jeunes, celui des femmes, un représentant de la communauté des batwa et celui des vulnérables.

Selon le délégué dudit ministère, Aloys Haziyo, vus les projets du gouvernement tels que le programme national de développement (PND 2017-2028) et la vision 2040-2060 qui prévoit qu’en 2040 le Burundi sera un pays émergent et en 2060, un pays développé, les médias doivent jouer leur rôle et contribuer activement dans la médiatisation des actions du gouvernement, selon les règles du métier.

Il a fait constater que les projets ont été faits et pensés dans les bureaux et exécutés sans la prise en compte des desiderata de la population, et après le départ du bailleur,  on ne voit que des panneaux publicitaires, parce que la population ne s’en est pas approprié, a indiqué, M. Haziyo. Il a ajouté que le gouvernement veut changer d’approche en donnant la parole aux bénéficiaires, qui désormais vont parler de leur besoins et prendront part dans leur élaboration et exécution.

Les  membres des comités de communication travailleront avec les médias, ils suivront les discussions dans les groupes qu’ils représentent et les médias traiteront les informations en rapport avec les préoccupations de la population qui seront rapportées par les comités de communication. Il leur a fait savoir que les journalistes ne sont pas des ennemis comme certains le pensent à tort, mais qu’ils sont des acteurs clés.