• jeu. Juil 25th, 2024

Échange sur la situation globale du Burundi

ByAdministrateur

Juil 7, 2023

BUJUMBURA, 7 juil(ABP) – Le ministre des affaires étrangères et de la coopération au développement amb. Albert Shingiro a tenu le  jeudi 6 juillet 2023 à Bujumbura, un briefing à l’endroit du corps diplomatique et consulaire et aux représentants des organisations régionales et internationales en vue d’échanger sur la situation du Burundi d’une façon globale, et aussi pour parler des droits de l’homme.

Dans son allocution, Ambassadeur Shingiro a indiqué que ce briefing s’inscrit dans le cadre de renforcer les liens d’amitié ; de fraternité et de coopération avec l’ensemble des partenaires du Burundi au développement dans leur diversité.

Concernant la capitalisation de la paix, il a révélé que la vision prioritaire du Burundi est de se reconstruire économiquement et souder d’avantage le tissu social, soulignant que la principale priorité est d’assurer la croissance économique soutenue par la consolidation des domaines stratégiques que la nation a aligné dans le plan national de développement 2018-2027.

Il a aussi fait savoir que le secteur agricole constitue une des priorités phares du gouvernement a tous les niveaux, et que le gouvernement continue à mettre un accent particulier sur la recherche et la vulgarisation des semences sélectionnés ; sur la disponibilisation des fertilisants adéquats ;sur l’amélioration des méthodes agricoles et sur le programme d’appui aux coopératives agricoles en vue d’accroître la production et passer d’une agriculture de subsistance à une agriculture d’exportation à travers la multiplication de plusieurs unités de production.

S’agissant de la bonne gouvernance ; de la justice pour tous et la bonne gestion des finances publiques, M. Shingiro a déclaré que le gouvernement s’est livré avec détermination au combat contre la corruption dans toutes ses formes et ses manifestations.

Le chef de l’Etat n’hésite pas à frapper sur les doigts des personnes qui pillent les biens publics de l’Etat quel que soit les positions qu’ils occupent dans la hiérarchie de l’administration Burundaise, a-t-il ajouté.

Le ministre Albert Shingiro a rappelé aussi que dans le domaine des relations avec les pays voisins, le bon voisinage constitue une des points cardinaux de la politique étrangère, et que dans ce cadre le gouvernement a poursuivi son action diplomatique en vue de la normalisation des relations avec le Rwanda qui sont aujourd’hui à une étape satisfaisante.

Concernant les crises sécuritaires qui perdurent dans le monde, M. Shingiro a évoqué que l’Afrique continue d’être le théâtre de plusieurs conflits armés et du terrorisme. Quelles que soit leurs formes ou les raisons invoquées pour justifier cela, le ministre Shingiro a souligné que ces conflits constituent de véritables freins au développement, en même temps qu’ils affectent les populations innocentes. Donc, selon lui, il revient à chaque Etat de prendre des mesures utiles et nécessaires pour développer la paix, la cohésion et l’harmonie en son sein d’abord, puis avec ses voisins.

Répondant à la question posée sur le retrait de la délégation diplomatique burundaise dans la revue universelle des droits de l’homme à Genève, le Ministre Albert Shingiro a révélé que la délégation Burundaise a été surprise de voir dans la salle, des individus recherchés par la justice Burundais. Or, selon lui, la lutte contre l’impunité constitue une promotion des droits humains, et s’asseoir avec ces gens recherchés par la justice serait chercher à promouvoir une chose et son contraire. Il a enfin exhorté les nations unies et les conseils des droits de l’homme à appuyer le gouvernement Burundais pour la remise de ces gens afin qu’ils rentrent purger leurs peines car, a-t-il ajouté, rester en exil avant de purger leurs peines, c’est comme garder la tête sous l’épée de Damoclès car ils seront recherchés éternellement.

Vue des participants