• jeu. Juil 25th, 2024

Des sols sains pour assurer la sécurité alimentaire durables et l’augmentation des revenus

ByAdministrateur

Juin 24, 2024

BUJUMBURA, 22 juin (ABP) – Le ministère de l’Environnement, de l’Agriculture et de l’Elevage en collaboration avec le centre international pour le développement des engrais (International  Fertilizer Development Center: IFDC), a organisé vendredi le 21 juin 2024, un atelier national de capitalisation des activités du projet d’appui pour une gestion responsable et intégrée des sols (PAGRIS) réalisés au cours de ces quatre derniers années. Ce projet a été lancé par IFDC sur le financement de l’Ambassade du Royaume des Pays-Bas au Burundi, sous le thème « Des sols sains pour assurer la sécurité alimentaire et nutritionnelle durables ainsi que l’augmentation des revenus.

A cette occasion, le directeur général  charge de l’aménagement des territoires et d’irrigation au ministre ayant de l’agriculture dans ses attribution, Clément Ndikumasabo a fait savoir que IFDC a lancé ce projet dans le but de  faire face à la dégradation des terres et le déclin persistant de la fertilité des sols déjà pauvres et acides, qui sont les principaux obstacles à la productivité agricole du Burundi.

D’après lui, les activités des projets et programmes exécutés par IFDC et ses partenaires s’alignent avec les priorités du gouvernement du Burundi et le ministère en charge de l’agriculture en particulier. Il a cité entre outres l’encadrement des agriculteurs dans la zone d’intervention du projet, l’élaboration des cartes de la fertilité des sols du Burundi qui ont permis de connaitre de façon spécifique le degré d’acidité et le besoin en élément nutritif pour chaque agro écologique ainsi que l’appui aux institutions de recherche.

Il a, à cet effet, souligné que l’objectif de cette activité est de partager avec les partenaires de l’apport du projet PAGRIS dans l’amélioration de la santé des sols, l’amélioration de la sécurité alimentaire et l’augmentation des revenus des ménages en vue de susciter un échange constructif pouvant permettre de dégager des stratégies et actions  même pour la continuité des actions en cours et à venir. Il a ajouté que le ministère en charge de l’agriculture réaffirme son ferme engagement à collaborer et à soutenir l’IFDC à travers les différents projets et les programmes en cours et à venir en vue de soutenir la vision du Burundi d’un Pays émergent en 2040 et développé en 2060.

Au cours de la présentation, le coordinateur du projet PAGRIS , M. Micael Beun qui a exposé sur les résultats atteints du Projet (PAGRIS), a précisé que  l’IFDC a réalisé  ce projet en vue de faciliter l’application d’une dose  de correction permettant aux ménages d’engager un processus de restauration et gestion durable de la fertilité, stimuler la demande dans les zones prioritaires et d’assurer un processus d’apprentissage sur l’utilisation de la dolomie.

Le Coordinateur du projet PAGRIS

Concernant les résultats atteints dans ce projet durant les quatre ans d’existence. Il a cité notamment la facilitation et appui aux communautés de 755 sites à s’organiser et à élaborer un plan pour la protection et l’aménagement des micro-bassins-versant lesquels totalisent une superficie de 131 590  hectares ;  la distribution de 19 851 tonnes de dolomie à 48 006 ménages agricoles pour corriger l’acidité de leurs terres afin d’améliorer la fertilité de leurs sols et par conséquent la productivité agricole pour les saisons 2023A, 2024A et B ainsi que l’actualisation de l’état des lieux sur la fertilité  des sols  via l’ISABU .

Fier des réalisations de ce projet sur terrain, Zacharie Nzohabonayo, agronome à l’IFDC Burundi a fait savoir que le projet PAGRIS  a amélioré  la gestion du paysage, des pentes et des bassins versants à travers la promotion des actions communautaires collectives dans laquelle tous les exploitants agricoles concernés conçoivent un plan de gestion de l’utilisation des terres pour lutter contre l’érosion des sols et mettent en œuvre des bonnes pratiques intégrés.

Au  cours de cet atelier, l’un des bénéficiaires de la formation sur la gestion intégré de la fertilité des sols durant de ce projet, qui provient de la province de Bujumbura, M Vincent Bukuru a témoigné que ce projet  a  aidé  les petits producteurs de sa colline à prendre des bonnes pratiques agricoles de fertilisation des sols qui impliquent nécessairement l’utilisation des intrants organiques et minéraux et aussi l’utilisation des semences de bonne qualité  pour augmenter la production agricole et maintenir en environnement favorable et sain.

Au cours des échanges, les participants ont recommandé à l’IFDC de continuer à travailler avec les agriculteurs dans toutes les provinces du pays en vue de pratiquer les bonnes gestions de fertilisation des sols afin d’augmenter la production agricole  au Burundi.

Vue partielle des participants