• mer. Déc 7th, 2022

Les ministres en charge du Commerce et celui de l’Hydraulique ont répondu aux questions orales des sénateurs

ByAdministrateur

Nov 4, 2021

GITEGA, 1er nov (ABP) – Le ministre du Commerce, du Transport, de  l’Industrie et du Tourisme, Mme Capitoline Niyonizigiye et celui de l’ Hydraulique, de l’Energie et des Mines, M. Ibrahim Uwizeye étaient des invités de la  séance plénière  du Sénat  de jeudi où ils ont répondu aux questions, orales avec débat,  centrées notamment sur  les stratégies et mesures prises pour pallier à la pénurie répétitive  des boissons  produits par la BRARUDI, du ciment produit par BUCECO, du carburant  qui perturbe l’accès à ces produits et entraîne la hausse des prix de ces produits  et ceux des autres articles et services tributaires ainsi que le problème de transport en commun pendant les heures de pointes

Les sénateurs ont demandé les mobiles des pénuries répétitives du carburant et les stratégies adéquates adoptées pour assurer l’approvisionnement régulier de ce produit et partant ceux des autres denrées et ou services.

Le ministre de l’Hydraulique, de l’Energie et des Mines, M. Ibrahim Uwizeye a répondu que le Gouvernement ne ménage aucun effort pour que le carburant qui est un produit de 1ère nécessité soit disponible en quantité suffisante et partant accessible aux demandeurs et aux prix officiels. Néanmoins, a -t-il déploré, certains facteurs indépendants de la bonne volonté du Gouvernement causent de temps en temps des retards dans l’approvisionnement du carburant. Il a entre autres cité la hausse des tarifs sur le marché international, la fluctuation régulière de la monnaie burundaise. Il a aussi évoqué la spéculation de certains importateurs qui peuvent importer une quantité inférieure aux devises demandées, ce qui crée des pénuries et des spéculations consécutives. Il a mis en garde quiconque sera attrapé dans ces tricheries en signifiant qu’ils sont punis conformément à la loi. C’est dans cette optique même qu’on a rayé de la liste des importateurs ceux qui ont été accusés de réduire exprès les quantités du carburant à importer. Le ministre a invité les intervenants dans le commerce du carburant à rompre avec toute forme de spéculation pour exercer loyalement.

A la question de savoir si l’INTERPETROL n’aurait pas eu le monopole d’importer le carburant, le ministre a réfuté ce propos en précisant qu’il y a d’autres importateurs. Pour sa part le Gouvernement va tout mettre en œuvre pour veiller à l’approvisionnement régulier du carburant en quantité suffisante et au contrôle du respect des prix officiels.

Les sénateurs ont également demandé au ministre les stratégies adoptées pour améliorer l’accès à l’eau par la population du centre urbain de la capitale politique de Gitega qui fait actuellement face à l’insuffisance de l’eau. Le ministre a répondu que des études sont en cours pour pouvoir augmenter la production de l’eau potable à approvisionner au centre-ville de Gitega.

Les sénateurs ont aussi demandé les raisons des coupures électriques fréquentes dans les quartiers de la capitale économique de Bujumbura. Le ministre a répondu que ceci lié au réseau électrique souterrain vétuste et son remplacement nécessite des moyens financiers importants. Il a signifié qu’on a déjà entamé les démarches de mobilisation de ces moyens. A la question de savoir l’état des lieux de l’extension de l’électrification rurale des communes non encore desservies, le ministre a indiqué que ce projet figure dans les priorités du Gouvernement.

Les sénateurs ont également demandé au ministre du Commerce, du Transport, de l’Industrie et du Commerce les causes des longues files d’attente des passagers constatés aux parkings des bus qui desservent les quartiers de la Mairie de Bujumbura pendant les heures de pointe. Ils ont aussi demandé des stratégies adoptées pour remédier à cette situation.

Le ministre du Commerce a répondu que cette situation est liée au problème des opérateurs économiques qui ne sont pas nombreux à investir dans ce secteur alors que les effectifs des passagers ont augmenté sensiblement. Elle a invité les opérateurs économiques à s’organiser dans les coopératives pour pouvoir avoir des moyens financiers pour acheter les véhicules de transport en commun.

A la question de savoir si les bus de l’OTRACO ne pourraient pas contribuer pour faire face à ce déficit, le ministre Niyonizigiye a répondu que la quasi-totalité des bus de l’OTRACO sont vétustes et méritent d’être remplacés. Les rares bus encore fonctionnels assurent le transport des élèves pendant les heures de pointe et desservent quelques axes des quartiers mais certains clients manifestent des craintes vis-à-vis de leur vétusté.  Elle a ajouté qu’ils sont préoccupés par la redynamisation du fonctionnement de l’OTRACO et s’attèle à l’analyse des mécanismes d’y arriver.

A la question des mobiles des pénuries répétitives des boissons de la BRARUDI observées depuis une certaine période au niveau national, le ministre a indiqué que la BRARUDI évoque la situation liée à la pandémie de la Covid-19 qui entraîne le retard dans l’approvisionnement des matières premières importées et dans la livraison des pièces de rechange.  Elle a également évoqué la demande qui a augmenté sensiblement par rapport à l’offre. Quant aux gens qui suspectent le commerce frauduleux de certaines de ces boissons vers les pays limitrophes, le ministre du Commerce a indiqué qu’elle n’en est pas au courant. Elle a signifié qu’on est en train d’étudier les voies de solutions

A la question des mobiles de la pénurie fréquente du ciment produit par BUCECO, le ministre Niyonizigiye a répondu que la demande a augmenté sensiblement et a dépassé la capacité de production de cette usine qui envisage l’accroissement de sa capacité de production. Les sénateurs ont également recommandé la réglementation des prix du ciment importé pour pallier aux spéculations affichées dans la fixation de ses prix.