• jeu. Août 11th, 2022

Les jeunes entrepreneurs membres de la SOPRAV sont encouragés par les résultats positifs atteints au bout de 3 ans

ByAdministrateur

Nov 11, 2021

GITEGA, 9 nov (ABP) – La société pour la promotion de l’agriculture (SOPRAV) créée en 2019 par quatre jeunes entrepreneurs de la capitale politique de Gitega enregistre des résultats encourageants marqués notamment par l’innovation de la fabrication des incubateurs fonctionnels et performants qui ont une capacité de production de 1.800 à 3000 poussins par mois ainsi que l’augmentation des demandeurs des poussins et du chiffre d’affaires qui est passé de 5 millions à 20 millions de francs burundais à ce jour, selon l’information livrée jeudi le 4 novembre par le représentant légal de la SOPRAV, M. Didace Baranderetse, lors de l’interview avec l’ABP.

Ces jeunes entrepreneurs ont initié les recherches sur les techniques de fabrication des incubateurs en 2018 dans l’objectif de leur auto-développement et de contribuer à la multiplication des poussins pour promouvoir l’aviculture. Les travaux de recherche ont abouti aux résultats positifs en 2019 où ces jeunes q de niveau de formation variés notamment un licencié informaticien, deux électromécaniciens, l’un avec un niveau licence et l’autre du niveau des techniciens tandis que le 4ème à un niveau de 6ème année primaire, ont réussi la fabrication des incubateurs d’une capacité de production de 100 à 300 poussins par mois au départ. Les recherches ont évolué et les jeunes entrepreneurs ont fabriqué des incubateurs plus performants progressivement jusqu’à ce jour où la SOPRAV a des incubateurs d’une capacité de production de 1.800 à 3000 poussins par mois. Ils fabriquent aussi des incubateurs qu’ils mettent à la disposition des aviculteurs qui veulent les acheter parmi lesquels des particuliers ou des membres des coopératives. Le nombre des demandeurs des poussins augmentent aussi et s’élèvent actuellement à 170 éleveurs des poules.

La majorité est constituée des aviculteurs de la province Gitega qui sont au nombre de 140, il y en a aussi qui proviennent des autres provinces telles que Ngozi, Cankuzo, Ruyigi et Rutana et des autres provinces. Ces aviculteurs s’intéressent à ce type d’élevage et tiennent à renouveler leurs poulaillers chaque fois que de besoin. Ils s’intéressent aussi à la formation dispensée par le technicien vétérinaire recruté par la SOPRAV. Ils déplorent toutefois la cherté des prix des aliments des poussins et poules.

Le représentant légal de la SOPRAV est aussi fier de l’accroissement des demandeurs des incubateurs.

Quant aux contraintes rencontrées au niveau du fonctionnement de la SOPRAV, le représentant légal a entre autres évoqué le problème de l’exiguïté du terrain pour la fabrication des incubateurs, la production des poussins, l’implantation des poulaillers pour produire des œufs au lieu de faire des collectes chez les aviculteurs. En vue de trouver un terrain plus spacieux, les représentants de cette société ont déjà introduit la demande auprès des autorités administratives qui ont fait des promesses. M. Baranderetse a aussi exprimé la nécessité d’introduire des races des poules plus productives. Pour trouver des solutions à cette question, il a fait savoir que la SOPRAV a déjà approché le ministère en charge de l’élevage pour qu’il l’aide dans la recherche des solutions adéquates.

Les entrepreneurs membres de la société SOPRAV expriment aussi leur satisfaction quant à l’évolution de leur chiffre d’affaire qui est passé de 5 millions en 2019 à 20 millions actuellement.