• jeu. Juil 18th, 2024

Environ 800 agriculteurs de Patchouli réclament les arriérés de deux ans à la société TANGA Oïl

ByAdministrateur

Mar 17, 2022

BUBANZA, 16 mars (ABP) – Environ 800 agriculteurs de la plante connue sous le nom de Patchouli, de la province Bubanza (nord-ouest du Burundi), et techniciens agricoles qui encadraient ces cultivateurs, demandent le remboursement des arriérés de deux ans que leur doit la société TANGA Oïl, qui a collecté leur récolte, apprend-on sur place.

Certains des agriculteurs et techniciens agricoles des zones Kivyuka, Ntamba, Muramba et de la colline Gatura, qui se sont entretenus avec l’ABP, indiquent que dans ces localités, cette plante de Patchouli avait été cultivée sur environ 80 hectares. Ils déplorent qu’ils l’aient cultivée au détriment des cultures vivrières, mais aussi qu’ils ont contracté des crédits, croyant qu’ils auront des gains pouvant rembourser ces dettes. Ceci, poursuivent-ils, leur a plongé dans une pauvreté extrême car la société TANGA Oïl, qui a collecté leur récolte, totalise deux ans sans payer.

Thomas Mwanditsi, l’un des cultivateurs de Patchouli, de la zone Kivyuka, déplore que ces arriérés de deux ans aient fait que ses deux enfants abandonnent leurs études car, dit-il, il n’est plus capable de supporter leur scolarisation.

Quant à Cyriaque Ntiranyibagira, l’un des techniciens agricoles qui encadraient ces agriculteurs, il dit qu’il vit dans une instabilité totale car, explique-t-il, joue actuellement le cache-cache avec ceux à qui il doit une dette de 1 200 000 FBu.

Ils demandent le remboursement de tout ce que cette société leur doit. L’un des responsables de la société TANGA Oïl, contacté au téléphone, les tranquillise qu’ils seront tous payés endéans deux semaines.