• mer. Fév 28th, 2024

Pour briser la stigmatisation des couples infertiles

ByAdministrateur

Juin 22, 2022

BUJUMBURA, 17 juin (ABP) – La fondation Merck en collaboration avec la fédération internationale des sociétés de fertilité (IFFS) et la société Africaine des soins reproductifs a organisé jeudi le 16 juin 2022, une conférence de presse en ligne à l’endroit des médias africains et pour marquer le mois mondial de la sensibilisation sur l’infertilité 2022.

Lors de cette séance, la présidente de la Fondation Merck, Dr Rasha kalej, a souligné qu’en Afrique, l’incidence de l’infertilité est très élevée,  précisant qu’un couple sur quatre est infertile. Selon elle, environ 85% des causes d’infertilité sont dues à des maladies infectieuses non traitées, des avortements ou des accouchements à risques, des mariages précoces et autres.  Mme Rasha kalej déplore que dans de nombreuses sociétés africaines, seules les femmes sont accusées d’infertilité. « L’infertilité est une stigmatisation majeure », dit-elle.

Dr Rasha a profité de cette occasion pour inviter les médias africains à être la voix des sans voix,  et à ne pas considérer l’infertilité comme » tabou « . Elle a incité les médias dans leurs pays respectifs, à oser faire des productions médiatiques allant dans le sens de sensibiliser les communautés africaines   à briser la discrimination et la stigmatisation à l’endroit des couples infertiles. Elle a aussi invité les professionnels des médias à travailler sur l’infertilité masculine en expliquant que cette dernière existe à un niveau non négligeable.

De sa part, la fondation Merck salue les initiatives de certaines premières dames des pays africains dont la première dame du Burundi, Angeline Ndayishimiye, qui ont accepté d’être des ambassadrices de la Campagne  » Merck plus qu’une mère ». Selon elle, cette campagne aide les gouvernements africains à définir des politiques visant à améliorer l’accès à des soins de fertilité réglementés, sûrs et efficaces.  La campagne définit aussi les interventions visant à briser la stigmatisation autour des femmes infertiles et à sensibiliser sur l’infertilité masculine, la prévention et la prise en charge de l’infertilité.

Il est à signaler qu’au Burundi ,la fondation Merck contribue dans le domaine de la santé en renforçant les capacités des Médecins et des prestataires de soins par l’ octroi des bourses notamment sur le diabète, l’embryologie, l’oncologie, la gynécologie pour améliorer l’offre de soins de santé.

La fondation Merck intervient aussi dans le secteur de l’éducation et dans le domaine de l’autonomisation socioéconomique des femmes. Dans le domaine des médias, elle soutient l’organisation des prix médias qui a pour but de sensibiliser les médias sur le rôle qu’ils doivent jouer pour briser la  discrimination et la stigmatisation socio – sanitaire.