• mar. Mar 5th, 2024

La réhabilitation du pont sur la rivière Muhira, doit se terminer en deux semaines

ByAdministrateur

Juil 6, 2022

CIBITOKE, 5 juil (ABP) – Le pont sur la rivière Muhira, en cours de réhabilitation, depuis une semaine et demie, reliant les communes de Murwi et Rugombo, et qui n’est pas fonctionnel depuis 2018. C’était suite aux fortes pluies qui ont fait dévier la rivière de son lit habituel.

La déclaration est de l’administrateur communal de Murwi, M. Melchide Nzokizwanayo, qui déplore les pertes en vies humaines chaque semaine et le manque à gagner pour deux communes, en matière de recettes communales. Cela a poussé l’administration des deux communes à approcher l’entreprise ECC- SOTRAMETECO, qui va réhabiliter la route menant au barrage d’irrigation, pour la commune Rugombo.

Cette société va profiter de passage de ses véhicules et déplacement du matériel. Cette dernière a accepté de contribuer techniquement, mais a exigé la main d’œuvre de la population environnante, pour le déplacement et rapprochement du moellon et d’autre matériel. C’est ainsi que l’administration des deux communes entourées par la population a accepté d’organiser les travaux communautaires tous les mardi et jeudi, et des relais entre les habitants des collines Mushanga, Kivumvu et Rusororo, les autres jours de la semaine.

L’administrateur de Murwi apprécie positivement la participation de la population, et l’estime à 50% des travaux déjà réalisés. Il a profité de cette occasion pour encourager les habitants des collines des environs de ce pont, en signalant que dans deux ou trois semaines, le pont sera fonctionnel, pour permettre la libre circulation des biens et personnes. Les produits passant par ce pont en provenance de la commune Murwi, sont les ananas, les bananes, le manioc, le charbon et d’autres, tandis que les habitants de Murwi s’approvisionnent en riz, produits Brarudi, et d’autres.

L’administrateur Nzokizwanayo a lancé un appel aux habitants des collines Mushanga, Kivumvu et Rusororo d’envisager la protection dudit pont, une fois sa réhabilitation terminée. Il a fait allusion aux herbes fixatrices et aux bambous pour soutenir les bords de cette rivière et protéger le pont sur cette rivière

Il n’a pas oublié d’interpeller la même population à dénoncer toute menace éventuelle sur ce pont, comme l’exploitation illicite des minerais ou des matériaux de construction. Il a enfin demandé à l’administration de suivre de près lesdits travaux de réhabilitation du pont en cours, pour sa durabilité.