• sam. Juil 13th, 2024

Interdiction de mouvement, d’abattage et de commerce des porcs dans les localités où s’est déclarée une maladie de porcs non encore identifiée

ByAdministrateur

Oct 11, 2022

BUJUMBURA, 7 oct. (ABP) –  Le directeur général de l’élevage,  M. Serges Nkurunziza a fait une déclaration, vendredi le 07 octobre 2022, à Gitega, sur les cas de mortalité des porcs observés dans certaines localités des provinces Bururi, Gitega, Muyinga et Rumonge.

M. Nkurunziza a fait savoir qu’au début du mois d’octobre, une maladie non encore identifiée causant la mortalité des porcs a été rapportée sur les collines Mirango en province Bururi, Kibimba en province Gitega, Kiryama en province Muyinga et Nyagasaka en province Rumonge où 18 exploitations ont enregistré 116 cas de maladie dont 70 sont morts.

M. Nkurunziza a également signalé que cette maladie a été observée sur les collines Mibanda et Gahinda de la province Rumonge et a déjà causé la mort de 11 porcins. Il a signalé que les équipes techniques du ministère en charge de l’élevage ont été déployées sur terrain en date du 3 octobre 2022 pour procéder aux investigations épidémiologiques et à la collecte des échantillons.

Il a, à cet effet, signalé qu’on avait suspecté la Peste Porcine Africaine, le Rouget du porc ou la Maladie d’Aujezsky, car, dit-il, ces animaux présentaient différentes signes cliniques dont l’anorexie, l’hyperthermie, les pétéchies au niveau de l’abdomen, la congestion des muqueuses oculaires et les poils ébouriffés. Il a en outre ajouté que certains animaux présentaient des signes d’incoordination motrice. La mort survient, dans la majorité des cas, au bout de 3 à 5 jours après la manifestation des signes cliniques.

Parlant des résultats de l’examen préliminaire, M. Nkurunziza a fait savoir que les analyses de laboratoire ont révélé qu’il ne s’agit pas ni de la Peste Porcine Africaine, ni du Rouget du porc ou de la Maladie d’Aujezsky, ajoutant que les investigations épidémiologiques couplées des examens de laboratoire se poursuivent. Il a révélé, en outre, que les services techniques du ministère en charge de l’élevage vont procéder à la désinfection urgente des porcheries et ses alentours en commençant par les fermes situées dans les localités où la maladie s’est manifestée et dans les grands centres d’élevage porcin à l’aide des désinfectants à large spectre microbiologique pour éviter la propagation rapide de cette maladie.

Le traitement symptomatique des animaux se trouvant dans les porcheries affectées est en cours et va se poursuivre et des médicaments nécessaires ont été dépêchés sur terrain, a-t-il précisé.

Comme mesures barrières pour lutter contre la propagation rapide de cette maladie, le ministre en charge de l’élevage demande aux éleveurs des porcs d’alerter rapidement les agents des services vétérinaires les plus proches dès qu’ils constatent un animal malade. Ce ministère demande aussi aux éleveurs de prendre régulièrement la température de leurs animaux et de signaler immédiatement tout animal hyperthermique. Le Ministère de l’Environnement, de l’Agriculture et de l’Elevage tranquillise la population en général et les éleveurs en particulier et leur demande d’abreuver régulièrement leurs animaux, de les mettre à l’abri de la chaleur et les asperger d’eau pendant les heures de forte chaleur.

Signalons que jusqu’à nouvel ordre,  tout mouvement, abattage et commerce des porcs dans les zones administratives situées dans un rayon de 5 km à partir des fermes affectés, est interdit.