• lun. Juil 15th, 2024

La promotion de la femme et l’égalité du genre reste une préoccupation du ministère ayant le genre dans ses attributions

ByAdministrateur

Oct 30, 2022

BUJUMBURA, 29 oct (ABP) – Lors de la présentation du bilan des réalisations du premier trimestre 2022-2023, vendredi le 28 octobre 2022, la ministre de la Solidarité nationale, des Affaires sociales, des Droits de la personne humaine et du genre, Mme Imelde Sabushimike a indiqué, que le ministère a organisé beaucoup d’activités en rapport avec la promotion de la femme et l’égalité du genre.

Mme Sabushimike a signalé notamment la formation de  150 personnes sur la lutte contre les violences sexuelles base sur le genre (VSBG) et l’éducation financière, l’organisation  d’un atelier de collecte des données sur l’opérationnalisation du centre Humura de Rumonge, la formation de 15 formateurs du centre d’excellence sur la gestion d’une bibliothèque, l’organisation de trois séances de sensibilisation sur l’épargne et les crédits, la constitution de  17 groupements en matière de promotion économique équitable des femmes et des hommes afin de contribuer à un développement durable et le renforcement des  capacités de 180 jeunes filles et femmes bénéficiaires sur la gestion et l’affectation des revenus.

Le ministère a aussi contribué à l’arrêt de 44 présumés auteurs de violences basées sur le genre et écouté 405 victimes. Il a orienté et accompagné 237 victimes. Elle a mentionné que 36 groupements ont été appuyés financièrement à hauteur de 500 000 FBu chacun, dans le cadre de renforcer leur activité d’épargne et de crédit qui leur permet de développer les activités génératrices de revenus en faveur de la prise en charge des besoins de leur famille. Cet appui concerne les provinces  Bubanza, Rumonge, Muramvya et Bujumbura.

Avec l’appui de UNFPA, 32 groupements (dont la majorité sont des femmes) ont également été touchés par un appui financier de 1 000 000 par groupement dans le même objectif de renforcer leur activité économique en vue d’accroître leur capacité économique, de lutter contre les violences basées sur le genre et de renfoncer leur leadership.

La banque d’investissement et de développement pour les femmes a pu servir 41 femmes regroupées dans des coopératives à hauteur de 55 000 000 FBu, 36 femmes regroupées en collectifs à hauteur de 538 600 000 et 36 femmes individuelles à raison de 405 755 628 FBu. Il a introduit une nouvelle approche de lutte contre les violences basées sur le genre dans les communautés qui consiste à une prise en charge psychosociale communautaire. Des formations de formateurs ont été dispensées à 55 personnes des services déconcentrés du ministère. Mme Sabushimike a signalé la poursuite de l’accueil des victimes et de leur prise en charge holistique par les services et centres spécialisés.

Le ministère a également poursuivi les activités relatives à l’amélioration du statut socioculturel de la femme au sein du ménage et de la société et celles qui concernent l’acquisition équitable de connaissances et de compétences par les femmes surtout en faveur des femmes Batwa et personnes vivant avec handicap.

L’opérationnalisation de la plateforme des compétences des femmes burundaises a été poursuivie à travers l’organisation des émissions en synergie des médias et en masse (karubwenge) ainsi que les sports publicitaires. Des séances d’enregistrement des femmes dans la plateforme ont été organisées dans tout le pays.

Des réunions des groupes thématiques genre ont été organisées en vue de l’élaboration d’un plan d’action conjoint avec les intervenants dans chaque thématique à savoir la lutte contre les VSBG, l’autonomisation de la femme, l’intégration du genre dans les programmations sectorielles et la participation des femmes aux instances de prise de décision