• lun. Juil 15th, 2024

Le Conseil National de la Jeunesse satisfait de la ratification par le Burundi de la Charte africaine de la jeunesse

ByAdministrateur

Jan 24, 2023

BUJUMBURA, 21 jan (ABP) – Le Conseil national de la jeunesse (CNJ) du Burundi se dit satisfait de la ratification par le gouvernement de la République du Burundi de la Charte africaine de la jeunesse, telle que rédigée en 1999 à Alger (capitale d’Algérie) et adoptée en 2006 à Banjul (ville et capital de la Gambie), selon la déclaration du CNJ parvenue à l’ABP le jeudi 19 janvier 2023.

« C’est une grande fierté au sein de toute la jeunesse burundaise, mais aussi une marque d’honneur pour le Burundi en tant que nation », s’est réjoui Dr  Thierry Ingabire, president du CNJ, tout en exprimant son sentiment de reconnaissance envers le président de la République, Evariste Ndayishimiye, lui qui ne ménage aucun effort pour soutenir et encourager les initiatives et les projets de développement de la jeunesse.

Par cette ratification le président Ndayishimiye vient de prouver encore une fois son engagement ferme à relever la jeunesse burundaise à un rang plus honorifique dans le concert des nations, souligne le Dr Ingabire.  L’Afrique a besoin de leaders qui investissent dans la jeunesse pour un meilleur avenir et un développement compétitif car, a-t-il-signifié, la survie de tout un peuple en dépend.

Selon cet organe de la jeunesse placé sous tutelle du ministère des Affaires de l’East African Community (EAC), de la Jeunesse, de la Culture et des Sports, la ratification de la Charte africaine de la jeunesse est un geste historique qui résonnera longtemps à travers les générations. Il s’agit d’un outil juridique très important, qui s’ajoute aux divers cadres de soutien aux initiatives des jeunes déjà initiés par le gouvernement du Burundi dont notamment le CNJ du Burundi, la Banque d’investissement pour les jeunes (BIJE), le Programme d’autonomisation économique et d’emplois pour les jeunes (PAEEJ), l’Agence burundaise pour l’emploi des jeunes (ABEJ), et le Fonds d’impulsion de garantie et d’accompagnement (FIGA), a-t-on explicité à travers cette déclaration.

Ainsi, la ratification de Charte africaine de la jeunesse consacrera aux jeunes burundais, entre autres, le droit à la propriété et à l’héritage à tous sans distinction (tel que le précise l’article 9 alinéa 1 de ladite Charte), le droit à la non-discrimination (article 2 alinéa 2), le droit à la libre circulation sur le continent africain (article 3) et le droit à l’égalité des chances entre aînés et jeunes consacrant le mérite.

Restant confiant que ladite Charte apportera à la jeunesse des changements positifs, le CNJ a fait remarquer à travers sa déclaration que la clairvoyance de chaque jeune burundais, par le relai de l’éducation et l’assiduité au travail, est le seul chemin qui mènera inéluctablement la jeunesse burundaise aux fins aspirées.

Le CNJ du Burundi est d’ores-et-déjà convaincu que le cadre légal et les textes le régissant, seront adoptés par les organes habilités et pourra ainsi se voir placé au même rang que les autres Conseils nationaux de la jeunesse de la région.

Par la même occasion, le Conseil national de la jeunesse burundaise demande au gouvernement de la République de poursuivre et consolider les projets et programmes déjà lancés, et compte sur l’engagement et la volonté du Chef de l’Etat burundais pour aller toujours de l’avant et faire rayonner les couleurs du Burundi partout dans le monde.

« Sous le leadership du président de la République et ami des jeunes, nous réaffirmons notre engagement à prendre le devant dans le développement à travers les coopératives et associations de production pour lutter contre le chômage et promouvoir l’entrepreneuriat, afin de soutenir ses efforts par des actions », a promis le CNJ à travers cette déclaration.

Signalons que la Charte africaine de la jeunesse adoptée le 2 juillet 2006, à Banjul, a été ratifiée et promulguée le 9 janvier 2023 par le chef de l’Etat, Evariste Ndayishimiye.