• mar. Avr 16th, 2024

Vers une sécurité alimentaire améliorée

ByAdministrateur

Jan 23, 2024

RUYIGI, 19 jan (ABP) – Le secrétaire exécutif permanant de la plateforme multisectorielle de la sécurité alimentaire et nutritionnelle du Burundi, Dr Célestin Sibomana, appelle les gens à unir leurs forces et connaissances dans la lutte contre la malnutrition et la pérennisation de la sécurité alimentaire.

Il a fait cet appel au lendemain d’une descente effectuée par les membres du SEP/PMSAN à Ruyigi (est du Burundi) pour s’enquérir de la situation de la sécurité alimentaire qui prévaut dans cette province.

Selon Dr Sibomana, il reste encore beaucoup à faire pour améliorer la sécurité alimentaire dans cette province. Cette autorité a fait un clin d’œil à la population, précisant qu’il ne faut pas négliger les orientations actuelles des autorités du pays qui encouragent les citoyens à l’élevage des lapins et d’autres petits ruminants. Même pour ceux qui pratiquent l’agriculture et d’autres métiers, il rappelle qu’ils doivent unir leurs forces pour mieux avancer dans le développement.

Cet élevage augmente les revenus des ménages, a-t-il signalé, soulignant que de ces revenus, les familles achètent au marché des compléments nutritifs pour équilibrer l’alimentation des enfants et des jeunes qui sont en âge de croissance psychologique, mentale et physique.

A ceux qui ne l’ont pas encore compris, il indique qu’aucune autorité, ni personne d’autre ne viendra le faire à leur place.

Pour la population de Ruyigi en particulier, il pointe du doigt les retards de croissances qui se manifestent dans certaines communes, chez les enfants, et qui sont dus à une malnutrition latente malgré la faible présence des maladies caractéristiques de l’insécurité alimentaire prononcée, telle que le kwashiorkor.

Par ailleurs, poursuit-il, ces retards de croissance auront un impact négatif sur les facultés mentales, psychologiques, intellectuelles et physiques du futur adulte dans la société. Il fait ainsi appel à tout un chacun de mener une action concertée, combinée et contrôlée pour arriver à un Burundi, pays émergent en 2040 et pays développé en 2060.

Aux autorités de tous les domaines et de tous les échelons, Dr Sibomana demande de toujours planifier leurs actions et surtout miser sur l’innovation visant à inciter et motiver la population à mieux adhérer et agir dans cette lutte, et servir d’exemple en accompagnant la parole à leurs actes.