• mar. Mai 21st, 2024

Les jeunes jouent un rôle important dans la prévention et la résolution pacifique des conflits

ByAdministrateur

Avr 15, 2024

BUJUMBURA, 12 avr (ABP) – Les jeunes jouent un rôle important dans la prévention et la résolution pacifique des conflits qui se trouvent dans leurs communautés, a indiqué le président du Conseil national des jeunes du Burundi, Dr Thierry Iradukunda, lors d’une interview accordée à l’ABP mardi le 9 avril 2024.

Selon lui, les jeunes burundais ont une place dans la résolution des conflits et agissent au sein des institutions dans lesquelles ils sont représentés. Il a aussi rappelé que dans toutes les communes du pays, il y a un conseil national des jeunes au niveau de la commune, un centre des jeunes et des comités collinaires des associations des jeunes. Tous ces organes essaient de résoudre  pacifiquement les conflits entre les jeunes dans la communauté.

Le président du Conseil national des jeunes du Burundi  a également fait remarquer que les facteurs qui créent souvent des conflits dans la communauté burundaise sont nombreux.

Il y a les conflits fonciers, qui sont dus à la démographie, l’exigüité des terres et le rapatriement ; les conflits  liés  aux Violences basées sur le genre (VBGs) qui sont dus à l’ignorance de la loi, la culture burundaise par rapport à l’égalité des sexes, la dépravation  des mœurs, la consommation des stupéfiants et des boissons prohibées ; ainsi que les conflits liés aux violences politiques causés par l’absence de dialogue.

D’après M. Iradukunda, les jeunes situés entre 25 et 29 ans sont mieux indiqués pour prévenir et résoudre les différents conflits, tandis que ceux dont la tranche d’âge est située entre 18 et 24 ans sont encore à la hauteur du fait que les adultes les prennent pour des enfants et estiment qu’ils ne sont pas à mesure de trouver des solutions en cas de conflits.

Le président du Conseil national des jeunes du Burundi a fait remarquer que le seul moyen de prévenir et résoudre les conflits est la participation des jeunes des partis politiques dans des organes de prises de décisions car, a-t-il reconnu, les jeunes sont estimés à plus de 70 % de la population burundaise et sont dynamiques.

Il a interpelé les jeunes leaders d’être des modèles dans leurs communautés respectives au moment des élections et d’agir en tant qu’acteurs de la paix car, a-t-il déclaré, « l’avenir du Burundi est entre nos mains. Nous avons une grande responsabilité de préserver la paix pour que nous puissions nous concentrer sur notre avenir et celui de notre prospérité ».

D’après le coordinateur du Réseau des organisations des jeunes en action pour la paix, la réconciliation et le développement (REJA), M. Eric Ndayikengurutse, l’énergie des jeunes peut contribuer énormément dans la construction de la paix, la prévention et la résolution des conflits communautaires. Cependant, elle peut aussi être une force destructrice sans égale lorsqu’elle  est manipulée et qu’elle verse dans des violences, a-t-il poursuivi, affirmant que les jeunes sont beaucoup plus à  l’aise dans la résolution des conflits qui les opposent. Par ailleurs, les jeunes ont des responsabilités dans plusieurs communes, ce qui accroît leur taux de participation dans la prévention  et la résolution des conflits.

A cet effet, M. Ndayikengurutse a signalé que le REJA a organisé, à la fin du mois de mars de cette année, un dialogue de deux jours au niveau national à l’intention des jeunes leaders de différents partis politiques et ceux des sociétés civiles en vue de les encourager à participer dans des instances de prise de décisions. Ce dialogue a permis aux jeunes participants d’être ensemble pour prévenir et résoudre les conflits opposant des jeunes entre eux. Selon lui, la place des jeunes dans la prévention et la résolution pacifique des conflits dans la communauté est importante, d’autant plus que la jeunesse est souvent manipulée par des gens qui veulent semer le trouble. Elle est souvent à l’origine des conflits, notamment politiques, tout comme elle a une grande part de responsabilité pour les prévenir ou les résoudre à travers des structures de représentation de la jeunesse comme les Centres des jeunes, le Conseil national des jeunes, les coopératives des jeunes au niveau collinaire ainsi que les clubs de paix.

En plus, a-t-il dit, la participation des jeunes dans les élections est très importante car ces jeunes sont considérés comme des acteurs de demain pour soutenir la vision du président de la République de voir un Burundi émergeant en 2040  et développé en 2060, a-t-il dit.

D’après le responsable du Centre jeunes de Kamenge, l’Abbé Egide Nzeyimana, le meilleur moyen de prévenir et résoudre des conflits communautaires, surtout chez les jeunes, est la création des activités qui les rassemblent. C’est pour cette raison que ce Centre a rassemblé les jeunes des quartiers du nord de la ville de Bujumbura dans le but de les aider à renouer avec les bonnes relations qui ont été entachées par différentes crises.

Le Centre jeunes de Kamenge organise chaque fois des jeux de football et des activités de développement. Il organise aussi des activités didactiques comme les cours de langues, ceux en comptabilité et d’autres de physique et des mathématiques. Il y a aussi des cours d’informatique et des activités sportives qui sont dispensés, et des activités de divertissement comme la danse, le cinéma, les groupes de théâtre ainsi que des activités religieuses dans le but de rassembler ces jeunes. Cette stratégie permet  aux jeunes de se retrouver après tant d’années de haine et de méfiance, les uns vis-à-vis des autres, a martelé l’Abbé Nzeyimana, indiquant que ce genre de rencontres permet de rétablir la confiance entre les jeunes. Il a rappelé que ce centre a été construit en 1992 par les pères  Xavériens dans le but de donner la possibilité aux jeunes desdits quartiers de se retrouver ensemble, d’avoir un lieu de rencontre  en vue de lutter contre les grands maux qui les guettent comme le désœuvrement et ses conséquences, la délinquance, l’alcoolisme, les conflits au sein des communautés ainsi que les violences basées sur le genre. Le Centre jeunes de Kamenge joue aussi un rôle important dans la prévention des conflits à caractère ethnique.

Dans son témoignage, un jeune animateur communautaire de  Kamange en commune Ntahangwa, âgé de 31 ans, a indiqué qu’il joue le rôle de médiateur. « Lorsque les parties en conflits se confient à  moi, j’assure la médiation par des techniques de résolution pacifique des conflits. Après une écoute active, ces jeunes réconcilient les parties en conflits en leur expliquant toutes les conséquences de ces conflits. Les jeunes jouent un rôle important dans la prévention et la résolution dans leurs communautés, a-t-il affirmé.