• dim. Nov 28th, 2021

Adoption de l’accord de financement du projet d’appui au développement durable des chaînes de valeurs de l’agriculture et de l’élevage au Burundi entre la République du Burundi et la BAD

ByAdministrateur

Juin 3, 2021

 

BUJUMBURA, 2 juin (ABP) – Les députés se sont réunis en séance plénière, mercredi le 2 juin 2021 à l’hémicycle de Kigobe, pour l’analyse et l’adoption d’un projet d’appui au développement durable des chaînes de valeurs de l’agriculture et de l’élevage au Burundi (PADCAE-B) entre la République du Burundi et la Banque africaine de développement (BAD).

Le ministre de l’Environnement, de l’Agriculture et de l’Elevage, Dr Déo Guide Rurema qui était venu expliquer ce projet de loi aux députés, a fait savoir que le projet PADCAE-B est financé par le groupe de la Banque africaine de développement (BAD) avec 15.000.000 unités de comptes équivalant à 20 millions de dollars américains. Il interviendra dans les provinces de Ngozi, Kirundo et Muyinga situées au nord du Burundi avec une population totale estimée à 2.956.784 habitants (24% de la population nationale), une superficie de 1 671 ha (soit 18% de la superficie totale) et une densité de 553 hab/ km2.

Dr Rurema a également signalé que l’objectif du projet PADCAE -B est de contribuer durablement à l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle et à l’augmentation des revenus des populations. Les interventions du projet seront essentiellement concentrées sur un nombre limité de chaînes de valeur dont la culture du riz, de maïs, et l’élevage de caprins, de porcins et de poissons, identifiées par les bénéficiaires.

Le ministre en charge de l’agriculture n’a pas oublié de signaler que ce dernier profitera directement à 138.060 individus dont 56% de femmes et indirectement à l’ensemble des 2.743.366 habitants des 3 provinces où le projet interviendra. Il a également précisé qu’au niveau central, les bénéficiaires clés sont le ministère en charge de l’agriculture et ses départements techniques et structures affiliés tels que les institutions de recherche, de développement et de formation.

Au niveau déconcentré et communautaire, il a indiqué que les bénéficiaires seront les départements provinciaux de l’agriculture et de l’élevage, les coopératives et organisations des acteurs des chaînes de valeur de l’agriculture et de l’élevage, les ménages agricoles en particulier les groupes les plus vulnérables y compris les jeunes et les femmes, les encadreurs et moniteurs agricoles sur les collines, les agents de santé animale ainsi que les entreprises du secteur privé qui tireront profit de la mise en œuvre de ce projet.

Lors de la séance des questions, les députés ont demandé quels critères de choix des provinces où interviendra le projet PADCAE-B. Le ministre a répondu qu’on a considéré l’existence des marais et des bassins versants potentiels pour les interventions d’aménagement des terroirs intégrés, et la disponibilité des lacs dans cette zone d’intervention offre des potentialités d’irrigation collinaire. La BAD voudrait aussi étendre ses activités déjà réalisées dans la province de Kirundo sur les deux provinces avoisinantes dont Ngozi et Muyinga.

Concernant le fait de mettre de tels projets dans toutes les provinces du pays pour éviter le déséquilibre au niveau du développement, le ministre a tranquillisé en disant qu’il y a d’autres projets qui interviendront même dans d’autres provinces du pays.

 

Concernant le suivi évaluation des projets pour vérifier si la rentabilité est supérieure au capital investi, le ministre a répondu qu’il y a au sein de son ministère une cellule de coordination des partenaires et que le suivi est là. Il a promis aussi que des hangars de stockage de la récolte seront construits dans toutes les régions du pays et que certains défis qui se sont manifestés dans le passé en matière de gestion ou de mise en œuvre des projets sont en train d’être corrigés.

Après l’analyse, les députés ont adopté à l’unanimité cet accord de financement.