• jeu. Juil 18th, 2024

Retour des présidents des deux chambres du parlement de la 15ème réunion du bureau des présidents des parlements des pays membres de l’EAC

ByAdministrateur

Mai 22, 2023

BUJUMBURA, 22 mai (ABP) – Le président du Sénat Emmanuel Sinzohagera et le président de l’Assemblée Nationale, M. Daniel Gélase Ndabirabe sont rentrés dimanche le 21 mai 2023, d’une mission de travail à Arusha en République Unie de la Tanzanie, où ils avaient participé à la 15ème réunion du bureau des présidents des parlements des pays membres de la communauté Est Africaine (EAC).

Arrivé à l’aéroport International Melchior Ndadaye de Bujumbura, M. Ndabirabe a indiqué à la presse que dans cette réunion, des discussions ont été mené sur le sujet relatif au traité régissant l’EAC qui, selon lui, présente actuellement des insuffisances. Pour cette question, les participants ont recommandé à l’exécutif d’amender ce traité.

Ndabirabe a également signalé que l’exécutif des États membres de l’EAC a été demandé pour cette raison, d’instruire les ministres pour que les Conseils des ministres puissent se réunir et analyser la question d’amendement et ensuite proposer le résultat au niveau du sommet des chefs d’États dans le sens qui a été validé par la conférence.

Les Présidents des parlements des pays membres de l’EAC ont recommandé aussi à l’exécutif, la création d’un secrétariat général de l’Assemblée Législative Est Africaine (EALA), pour faciliter le travail de cette institution et la collaboration des parlements nationaux, a-t-il signalé tout en expliquant que pour le moment, il n’y a pas de texte légal qui leur permet de bien travailler pour échanger des rapports entre l’EALA et les parlements nationaux, ce que M. Ndabirabe juge comme un défi majeur.

Le président de l’Assemblée nationale a également précisé que lors de cette 15ème réunion du bureau des présidents des parlements des pays membres de l’EAC, la question relative à la santé financière de l’EAC a été analysée. Sur ce, il a été constaté qu’il y a des pays qui ne cotisent pas régulièrement ce qui fait que certains pays ont des arriérés.

De cette réunion, a-t-il ajouté, il a été proposé que les pays qui ont des arriérés s’acquittent de ces derniers pour le bon fonctionnement de cette communauté.

  1. Ndabirabe a en outre indiqué que les présidents des parlements ont aussi plaidé pour l’usage de la langue française dans la communauté Est Africaine de façon légale, arguant que malgré que les chefs d’États de cette communauté aient approuvé l’usage de cette langue, la mise en œuvre n’est pas encore possible.